Linguistique de l'écrit

revue scientifique internationale

Journal | Issue | Article

L'usage des blancs typographiques

Tympan (1972) et Glas (1974) de Jacques Derrida

Rossana De Angelis

Envisagé en tant qu’écrit, le texte se présente comme un objet linguistique qui occupe un espace. Cet espace n’est pas seulement celui de la ligne d’écriture, mais aussi celui bi- ou tri-dimensionnel de son support. Des nouvelles approches du texte, cherchant à concilier théories de l’écriture et théories du texte, sont issues de cette réflexion. Au sein de ces approches, l’écriture est envisagée notamment en tant qu’inscription, ce qui suppose une conscience de la relation entre l’écrit et son support. Nous allons donc nous pencher sur l’analyse de cette relation, en particulier dans certains essais de Jacques Derrida, « La dissémination » et « La double séance » (1972), « Tympan » (1972), Glas (1974). Les solutions typographiques adoptées supposent une certaine théorie de l’écriture : l’écriture est inscription dans sa double acception de pratique et de trace. Ceci relève notamment d’une distribution singulière et anormale des blancs typographiques. Utiliser les blancs en brisant les règles typographiques standards devient un geste significatif. Cette pratique révèle donc une énonciation éditoriale pleine de sens.

Publication details

Full citation [Harvard style]:

De Angelis, R. (2019). L'usage des blancs typographiques: Tympan (1972) et Glas (1974) de Jacques Derrida. Linguistique de l'écrit 1, pp. n/a.

This document is unfortunately not available for download at the moment.